lundi 1 juin 2020
  • TREMA MACON NOUVELLES REGLES (2).jpg
  • MUSEE URSULINES MACON REOUVERTURE.jpg
  • CREMANTS VIGNERONS IGE MAIJUIN20202 - 1.jpg

comite-fillon-charnay.jpg

Ce samedi, le Comité d’Organisation Charnaysien de la Campagne Présidentielle de la Droite et du Centre de Charnay s’est réuni pour la première fois.

Florian Duvernay a rassemblé une dizaine de personnes déjà fortement impliquées pour optimiser l’organisation de la campagne présidentielle dans la commune. Ces volontaires soutenaient différents candidats lors de la campagne des Primaires mais aujourd’hui, tous sont derrière François Fillon. Telle était la règle des Primaires : « Peu importe le gagnant, il aura le soutien des autres candidats».

Face à la colère de ses concitoyens qui lui disent que « les Primaires sont la cause de la « chienlit » dans les partis politiques », et qu’elles auraient « tué la gauche, et aujourd’hui la droite », Florian Duvernay souhaite exposer son opinion :

 

« Les Primaires sont une avancée pour la démocratie. Avant de participer à l’élection du Président de la République, les français ont ainsi la possibilité de choisir le candidat le plus représentatif de leurs pensées dans un mouvement politique.

Aujourd'hui, 66 millions de Français veulent qu'on les écoute, et le suffrage universel est le meilleur moyen pour y parvenir. Face à ce qui se passe aujourd'hui, on peut comprendre que certains soient dépités, voire nostalgiques d'une époque révolue. Mais la société a évolué, de même que les mœurs et les modes de pensées. Cependant, il y a une certitude : regarder dans le passé n’est pas la solution pour retrouver la France que nous avons connue, car il y a eu entre-temps les nouvelles technologies, l’Union Européenne, la mondialisation… ; le monde avance inexorablement.

Aujourd'hui, deux choix s’offrent à nous :

  1. Soit nous continuons à nous deviser, en débattant sur des sujets anecdotiques pour l'avenir de la France, qui ne rendront jamais la France aussi forte qu'elle l’a été. C’est le terrain d’action des candidats dangereux pour notre pays.

  2. Soit nous comprenons que la France a besoin aujourd’hui d’un débat digne d’une présidentielle.

Nous avons d'un côté Marine Le Pen, une candidate qui désire, notamment à travers ses 144 propositions présidentielles, fermer les frontières économiques aux entreprises françaises, alors que celles-ci exportent plus de 20% de leur production nationale. Fermer les frontières, c'est tuer notre économie ! Les ménages français, consomment déjà plus 70% de la production nationale ; auront-ils besoin de tout ce qui ne sera plus exporté ? De telles propositions vont entrainer un effondrement du pouvoir d'achat des Français, car l’exportation est l’un des principaux moteurs de l’économie et donc de l’emploi dans notre pays.

De l'autre côté, nous avons Emmanuel Macron, un candidat qui prône un programme de la démesure. Si ce dernier respecte son programme à la lettre, la France devra trouver plus de 30 milliards d’euros. En effet, il veut réduire les cotisations salariales pour l’ensemble des salariés, y compris les fonctionnaires  (près de 500 euros par personne et par an). Il veut également donner à tous les smicards bénéficiant de la prime d’activité, l’équivalent d’un 13e mois (soit 100 euros nets de plus chaque mois), ou encore baisser les cotisations patronales de 6 points, voire de 10 points pour les salariés au niveau du SMIC ». Ces nouvelles dépenses « pharaoniques » n’étant pas financées, le programme d’Emmanuel Macron est irréalisable et totalement démagogique.

La dette française coûte à l’état environ 5 milliards d’euros chaque année. Notre dette totale avoisine les 2 100 milliards d’euros. Plusieurs présidents ont déjà été confrontés à cette dette, sans pouvoir la diminuer, alors Emmanuel Macron aurait-il trouvé la solution pour la résorber en 5 ans, afin de pouvoir financer plus de 150% de celle-ci ?

François Fillon désire replacer le débat au centre de la campagne politique. Ces présidentielles ont une importance cruciale pour l’avenir de la France. Nous sommes arrivées à un point, où il faut que notre pays sorte de l’immobilisme. Seuls les Français seront maîtres de leurs choix pour leur avenir et celui des générations suivantes.

Etant donné le peu de temps qu’il reste avant de glisser le bulletin dans l’urne, cette campagne ne doit pas se faire uniquement en regardant les candidats qui se présentent sur les plateaux de télévision.

Quoiqu’on en dise, le peuple français reste souverain ; tant qu’il pourra élire son président de la République, c’est lui qui décidera de son avenir. Alors, prenons en main cette souveraineté qui nous est due, pour imposer le débat politique dans nos territoires.

Pour contribuer aux choix et à l’avenir de notre pays, tous les Charnaysiens intéressés sont invités à rejoindre le Comité d’Organisation Charnaysien de la Campagne Présidentielle de la Droite et du Centre. »

 

Florian Duvernay

Chargé de la campagne présidentielle de François Fillon sur Charnay

f.duvernay@laposte.net

André Accary : "Confions aux Départements la gestion unique et entière des Ehpad, et supprimons les ARS"

ACCARY ANDRE ARS.jpg
Le Président du conseil départemental de Saône-et-Loire s'exprime dans une tribune à l'occasion du Ségur de la Santé.

POLITIQUE : Jérôme Durain pose au Gouvernement la question de la responsabilité des élus locaux

Le Sénateur de Saône-et-Loire estime que « L'Etat qui décide de tout ne peut pas reporter sa responsabilité sur les élus locaux »

EXPRESSION POLITIQUE : « Les masques, où est la vérité ? » demande instamment Marie Mercier

La sénatrice de Saône-et-Loire fait part de la consternation, voire du dégoût des professions médicales et para-médicales...

Covid-19 : Les nouveaux élus de gauche au Conseil municipal de Mâcon veulent être impliqués

Dans une lettre adressée au maire, ils formulent quelques propositions et demande un effot de transparence.

Le sénateur Jérôme Durain demande au gouvernement des consignes claires concernant la gestion des masques

Lors de la séance de questions au gouvernement ce mercredi, le sénateur PS de Saône-et-Loire et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté a évoqué la réquisition par l'Etat des masques commandés par la Région.

EXPRESSION POLITIQUE : L’URDC demande plus d'«ambition» pour sauvegarder les entreprises

Présidant le groupe d'opposition URDC au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, François Sauvadet salue les mesures d’urgence prises par la majorité face à la crise sanitaire, tout en proposant d'ajouter des aides directes pour sauvegarder les entreprises et les emplois.

EXPRESSION POLITIQUE : Julien Odoul regrette « un rendez-vous en catimini »...

et appelle à l'union régionale autour des soignants et de la Bourgogne Franche-Comté. Le président du groupe Rassemblement national au conseil régional s'exprime dans un long communiqué avant l'assemblée de ce vendredi.

Toni Spinazze (CAPEB 71) : "La vie d’un artisan ou d’un ouvrier du BTP vaudrait-elle moins que celle de n’importe quel autre citoyen ?"

Il n'y pas que les médecins et le personnel soignant qui soient scandalisés par les manquements du Gouvernement... Après celle de Pierre Bost, patron de Alpes Bourgogne Constructions, la charge du président de la CAPEB 71 contre Muriel Pénicaud dans une lettre ouverte.