VIOLENCE_CONJUGALE.jpg

« Sept jours d'incapacité totale de travail (ITT), c'est pas tous les jours qu'on voit des violences conjugales aussi importantes » justifie la procureure de la République l'intervention rapide de la justice.

72 heures après les faits, un jeune homme a été présenté en comparution immédiate ce vendredi. 

Des violences physiques et morales répétées

 

Lundi matin, une dispute éclate entre les deux conjoints, qui dégénère très vite en violences. Il est question de coups, de griffures, de cheveux tirés et de strangulation.

La victime s'est présentée aujourd'hui avec de multiples hématomes et une minerve devant la juge. Au cours du procès, on comprend que cet épisode de violences n'a pas été le premier dans l'histoire du couple qui s'est pacsé il y a trois ans et qui élève ensemble une petite fille d'un an. La victime a évoqué des violences antérieures qui n'étaient d'ailleurs pas toujours exclusivement physiques. « Il m'a souvent rabaissée, après ma grossesse il m'a fait beaucoup de réflexions sur mon physique » a-t-elle témoigné devant la juge aujourd'hui.

 

Un homme malade ou manipulateur

 

L'accusé lui, s'est positionné tout au long du procès en tant qu'homme malade qui souffrirait de pertes de contrôle et – surtout - de mémoire – notamment en ce qui concerne l'épisode violent évoqué cet après-midi devant la justice. En effet, on a l'impression que le prévenu souffre d'une amnésie totale concernant ses actes quand on entend à répétitions des « d'après ce que j'ai entendu, j'aurais ... » Est-ce que son état psychique est la source des ses pertes de contrôle ? L'expertise psychiatrique pourtant ne lui atteste aucune pathologie clinique, et lui préconise plutôt de travailler sur la relation du couple pour résoudre ses problèmes. Des personnes dans son entourage le décrivent comme "manipulateur".

« Je dois admettre que j'ai un problème, je ne comprends pas ce qui s'est passé » dit-il en pleur. Cela n'attendris pas la juge pour autant, qui déplore que le prévenu se cacherait derrière des problèmes psychologiques au lieu de porter la responsabilité de ses actes. « Vous n'allez pas au bout de vos explications » l'accuse également la procureure, « vous êtes au stade 1 de la reconnaissance, il faut encore faire beaucoup de travail sur vous-même ».

 

12 mois de prison avec sursis

 

Compte tenu de la journée de la femme mercredi dernier, l'avocate de la défense tient à rappeler que « tous les jours des femmes meurent sous les coups de leurs hommes ». « Il ne faut pas banaliser ces faits » avertit également la procureure, qui réclame une peine de prison qui lui semble nécessaire pour marquer les choses. L'avocate de la défense, elle, souligne l'ironie de l'accusé jugé aujourd'hui par un tribunal exclusivement féminin. « Il est trop tôt pour une prise de conscience » défent-elle son client, qui aurait besoin de se reconstruire, « chose incompatible une peine de prison ».

L'accusé sera finalement condamné à 12 mois de prison assortie d'un sursis avec mise à l'épreuve, une obligation de soins psychiatriques et une interdiction de contacter la victime où de séjourner en Saône-et-Loire.

Un nouveau procès est prévu pour fixer le montant de l'indemnisation de la victime.

Delphine Noelke

MÂCON : Un train a percuté une personne, la ligne TER Paris-Marseille fermée dans les 2 sens

TRAIN SANCE 9OCT.jpg
Actualisé à 12:31 - La thèse de l'homicide a été envisagée.

MÂCON : Deux mineurs revendaient des iPhone XS achetés "une bouchée de pain" sur internet

Deux affaires de vente de produits contrefaits ont été mises à jour en deux jours par les policiers de la brigade anti-criminalité de Mâcon. La seconde a concerné un individu majeur revendant des contrefaçons de chaussures et de sacs de marque.

LA CHAPELLE DE GUINCHAY : Un blessé dans un carambolage en chaîne route de Juliénas

ACCIDENT ROUTE DE JULIENAS1.jpg
L'accident s'est produit ce samedi matin avant 11 heures, entre les communes de La Chapelle et de Juliénas.

CRÊCHES-SUR-SAÔNE : Un blessé dans une collision entre un véhicule et un poids lourd

CRECHES faits divers 1er aout.jpg
Toutes les photos de l'accident. Actualisé : les circonstances de l'accident.

REPLONGES : Un chauffeur de poids-lourd en arrêt cardio-respiratoire sur l'autoroute

ACTUALISÉ à 17h45 : Le chauffeur, originaire de Saône-et-Loire, est décédé.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un mort à Montceau et un blessé à Chalon, après la soirée de victoire de l'Algérie

60618_1_news.jpg
Le jeune cyclomotoriste n'a pas survécu à ses graves blessures. Le conducteur de la voiture est en garde à vue. A Chalon-sur-Saône, un homme a été blessé par un fumigène tiré dans un appartement.

MACON : Un bus en feu provoque l’évacuation d’une école

incendie bus trema.jpg
Un incendie provoqué par un problème technique a consumé la moitié d’un bus à l'arrêt et sans passagers ce vendredi matin près du magasin Auchan.