lundi 13 juillet 2020
  • MACON PREND SES QUARTIERS ETE 20203 - 1.jpg
  • EDENWALL STAGES ETE2020 - 1 (2).jpg
  • JVEUXDULOCAL MACON2105 (2).jpg
  • Route_71_290x400 (2).jpg

TGI_MACON.jpg

6 mois de prison avec sursis pour un maître-nageur qui avait pris des photos de deux jeunes filles nues dans leurs cabines dans un centre thermal à l'Ouest du département.

Un homme d'une trentaine d'années a dû se présenter devant le tribunal de Mâcon cet après-midi pour avoir pris des photos de deux jeunes filles sans leur consentement. Le premier incident remonte à janvier 2016. L'accusé avait en cachette pris des photos d'une jeune fille, alors qu'elle était sous la douche dans sa cabine, avec son téléphone portable. Des faits semblables lui sont reprochés en août 2016. Une fille de 15 ans remarque un smartphone qui prend des photos par dessous de la cabine pendant qu'elle se change.

« Je ne sais plus ce qui s'est passé dans ma tête »

Les soupçons tombent vite sur le maître-nageur qui s'était fait remarquer auparavant pour des comportements déplacés. Et effectivement, les victimes reconnaissent dans les deux cas le téléphone de l'inculpé. Celui-ci avoue la totalité des faits qui lui sont reprochés devant le juge : « Je ne sais plus ce qui s'est passé dans ma tête. Je me souviens plus d'avoir pris les photos mais je sais que je les ai immédiatement supprimées » dit-il avec une petite voix. Le procès le perturbe visiblement, il a les larmes aux yeux quand il s'exprime.

Des cauchemars et des angoisses du côté de la victime

« Est-ce que vous mesurez les conséquences pour les personnes concernées ? » lui demande le juge, « une atteinte à l'intimité, ce n'est pas rien ! ». L'accusé se repenti : « C'est affreux, je suis malade. Je m'en voudrai toute ma vie ».

Pour l'avocate de la jeune fille mineure, cet acte représente « presqu'un viol », « un mot fort mais justifié par le jeune age de la victime ». Celle-ci avait fait le déplacement pour témoigner devant le juge. Elle aurait des cauchemars et serait angoissée dès qu'il fallait entrer dans une cabine – même les cabines de toilettes doivent être vérifiés à plusieurs reprises depuis l'incident. « La vie de la victime a changé », insiste le juge.

L'accusé avoue avoir des problèmes dans sa vie personnelle et de lutter contre une dépression. Depuis le dernier incident il est en suivi psychologique, ce qui selon lui, lui ferait beaucoup de bien.

Le problème pour le tribunal a été de mesurer à quel degré ces problèmes ont altéré le comportement du maître-nageur. L'avocate de la partie civile déplore « une amnésie à temps partiel » chez l'inculpé qui dit de ne plus se souvenir de l'acte même. Une reconnaissance des actes « mi-figue, mi-raisin » pour le ministère public qui souligne que, bien que ce fait puisse paraître anodin, les conséquences seront durables pour les victimes.

« Il n'est pas Landru ! »

L'avocat de la défense quant à lui, veut relativiser les faits : « Il n'est pas Landru !» exclame-t-il. Son client aurait des problèmes avec le voyeurisme, certes, mais la perversité des actes serait limité en raison de la suppression immédiate des images. Pour lui, l'inculpé serait « la proie d'un problème psychologique ». Un point de vue qui n'est pas partagé par le ministère public qui exige « une peine significative ».

Six mois de prison avec sursis

Le juge, lui, le condamne à six mois de prison avec sursis et mise à épreuve pendant deux ans, avec obligation de soins psychologiques et interdiction d'exercer le métier de maître-nageur pendant trois ans.

En espérant que l'affrontement avec son agresseur ai aidé à la jeune fille de tourner la page, l'avocat de la défense rappelle : « Les méchants aussi peuvent être fragiles. Ce qu'on a vu aujourd'hui, c'est avant tout un homme face à ses propres démons ».

Delphine NOELKE

MÂCON : Deux jeunes lui foncent dessus en scooter et reviennent lui casser la figure. Il s'en remet au procureur…

AGRESSION MACON - 2.jpg
Le récit de cette agression a été fait à partir du témoignage de la victime, qui a pris contact avec macon-infos.

CRÊCHES-SUR-SAÔNE : Un blessé dans une collision entre une moto et une voiture rue du stade

ACC CRECHES STADE.jpg
Actualisé : On en sait plus sur les circonstances précises de cet accident.

MÂCON : Deux dealers attrapés au début du confinement

Se faire contrôler en plein confinement sans pouvoir justifier d’une sortie pour motif impérieux, en possession de produits stupéfiants… c’est ce qu’on peut appeler la double peine… et c’est ce qui est arrivé à deux jeunes de La Chapelle-de-Guinchay au mois de mars.

BERZÉ-LA-VILLE - SOLOGNY : 4 blessés dont 2 graves dans une violente collision sur la RD 17

ACCIDENT BERZE LA VILLE 07062020 ACC4 - 1.jpg
L'accident s'est produit ce matin vers 8h30. Une des victimes a été transportée par hélicoptère à l'hôpital de Lyon. Son état était jugé très sérieux à la suite de sa désincarcération. ACTUALISÉ : Le jeune homme transporté à Lyon est décédé des suites de ses blessures en arrivant à l'hôpital (info gendarmerie).

TRIBUNAL DE MÂCON - Crêches-sur-Saône : En l'absence de la drogue, la transaction tourne mal...

VOL VIOLENCE CRECHES - 1.jpg
Il est des choses qu'il vaut mieux ne pas toucher. F... en a fait l'amère expérience cette fin d'après-midi du 12 mai sur un parking de Crêches-sur-Saône.

RCEA-RN79 : À 160km/h entre Cluny et Mâcon

CONTROLES GENDARMES RCEA CHARNAY 3005 - 12.jpg
Le gendarmes de l'escadron départemental de sécurité routière étaient postés sur la RCEA ce samedi après-midi, dans le sens Cluny-Mâcon, pour des contrôles de vitesse. Bilan de deux heures d'opération.

MÂCON : Un conteneur incendié dans la nuit de vendredi à samedi

FEU CONTENEURS PROVENCE MACON - 2.jpg
Actualisé ce lundi : La police a ouvert une enquête.

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.