lundi 18 novembre 2019
  • MON BEL AMOUR THEATRE MACON.jpg
  • CREATION ENTREPRISE MACON 2019 CCI.jpg
  • AUTISME CD71 20NOV.jpg
  • MARCHE PLAISIRS GOURMANDS 2019 AFF3 - 1.jpg

 

 

Depuis maintenant trente ans les mêmes recettes « toujours plus d’austérité, toujours plus de sacrifices » produisent les mèmes effets : bas salaires, pauvreté, chômage et précarité. L’accroissement des inégalités, le creusement de la dette publique et la paralysie de la transition écologique sont aussi des conséquences de ces vieilles recettes que veulent encore promouvoir les Macron, Fillon et Le Pen.

Or contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, les caisses de l’État ne sont pas vides. Elles sont suffisamment pleines pour qu’elles servent chaque année à accorder 220 milliards d’euros aux grandes entreprises pour réduite leurs « charges » sociales et fiscales. Pour quel résultat ? L’enrichissement continue des 1 % de la population les plus riches et la désespérance sociale pour le plus grand nombre.

Il faut tourner le dos aux renoncements du gouvernement socialiste, Hollande, Macron et Valls.
Nous voulons une politique qui rende à chacun l’espoir du progrès et d’une vie meilleure. Nous voulons une France qui mette le cap sur le progrès social, sur la transition écologique et sur la 6ème République.

Cela suppose de mettre fin aux pouvoirs des marchés financiers et à l’évasion fiscale.

A cet égard, les communistes tiennent ce mardi 28 février une rencontre publique retransmise sur internet à 18h30 sur www.pcf.fr intitulée « mon ennemi c’est toujours la Finance, prenons le pouvoir sur les banques »

Cela suppose aussi, que sur cette base, une entente se fasse entre les principales organisations politiques de gauche et leurs candidats aux élections présidentielles. Car si les solutions existent, elles ne servent à rien si elles restent sur l’étagère. Or un tel accord entre Mélenchon, Hamon et Jadot ouvrirait la voie d’une présence au second tour des Présidentielles et l’opportunité d’une vraie alternative pour les années à venir

La section PCF du Maconnais Clunysois appelle les citoyens à intervenir dans ces débats car il n’est pas trop tard pour redonner au progrès social, écologique et démocratique, une perspective majoritaire.

Pour la section PCF du Maconnais-Clunysois
Bernard COIS

EXPRESSION CITOYENNE : « Merci aux cheminots d’avoir fait jouer le droit de retrait », réagit Marguerite, une lectrice de Mâcon-Infos

Marguerite C., une lectrice de macon-infos, a éprouvé le besoin de donner son point de vue suite à l’accident ferroviaire survenu mercredi dernier dans les Ardennes et de témoigner sur un incident personnel.

POLITIQUE - Mâcon Citoyens 2020 : Le collectif milite pour le bio dans les cantines scolaires

MACON CITOYEN _ CANTINES BIO1.JPG
La liste écologiste et solidaire a tenu ce vendredi soir une conférence-débat sur le thème des cantines bio, avec pour invité Patrice Château, adjoint au maire de Dijon, délégué à l’environnement.

EXPRESSION POLITIQUE : "Coût de la fusion, défaut d’évaluation et manque de transparence, le rapport de la CRC donne raison à l’opposition !"

François Sauvadet, président du groupe d'opposition au Conseil régional, s'exprime dans un communiqué sur le rapport de la Chambre régionale des comptes.

POLITIQUE : Un appel à l'engagement des marcheurs de Saône-et-Loire

63867_1_news.jpg
C'était la rentrée politique de LaRem 71 ce samedi.

MUNICIPALES 2020 : Le collectif « Mâcon citoyens 2020 » construit son programme politique

réunion publique Mâcon citoyens 2020.jpg
Une réunion publique s'est déroulée ce mercredi par les militants de « Mâcon citoyens 2020 » et leurs invités.

EXPRESSION CITOYENNE : Un Mâconnais demande le retour de "l'ordre et du calme", rue de la Barre

Par une lettre au préfet de Saône-et-Loire qui nous est parvenue via un riverain qui partage le point de vue de l’auteur (celui-ci souhaitant rester anonyme).

DÉCÈS DU MAIRE DE SIGNES : La commission des lois du Sénat lance une grande consultation des maires

La séntarice Marie Mercier, secrétaire de la commission des lois, s'exprime sur le sujet dans un communiqué. Les maires ont jusqu'au 15 septembre pour répondre en ligne à un questionnaire.