jeudi 16 juillet 2020
  • MACON PREND SES QUARTIERS ETE 20203 - 1.jpg
  • EDENWALL STAGES ETE2020 - 1 (2).jpg
  • JVEUXDULOCAL MACON2105 (2).jpg
  • Route_71_290x400 (2).jpg

« Flics de merde », « Bande de chiens », « fils de pute d'enculé, vous nous contrôlerez pas ! » Ce ne sont pas les noms d'oiseaux qui ont manqués à deux jeunes hommes lorsqu'ils se voient contrôlés par deux policiers le 15 septembre 2016 à Mâcon.

Aujourd’hui, ils ont dû se présenter devant le tribunal correctionnel pour outrage de policiers et rébellion.

 

7 policiers pour immobiliser les deux rebelles

 

Ce 15 septembre donc, ces deux jeunes hommes rentrent chez eux à 1 heure du matin après une soirée arrosée quand ils sont repérés à hauteur de la rue Sigorgne par deux agents de la BAC qui veulent procéder à un contrôle d'identité. Au lieu de se soumettre à la demande, les deux accusés refusent violemment, insultant non seulement les agents mais en les attaquant également physiquement, à coups de pied.

Un groupe de personnes se joint aux deux jeunes agresseur, les policiers se voient attaqués de tous les côtés ! C'est donc avec un renfort de cinq policiers de la brigade canine, l'utilisation du taser et d'une bombe lacrymogène qu'ils parviennent à immobiliser les deux rebelles, qui sont alors « dans un état de grand excitation ». Pas exactement ce qu'on imagine pour une soirée réussie.

 

Le Vodka Red Bull, une potion diabolique

 

La source de ce comportement violent serait vraisemblablement la consommation d'alcool. Les jeunes avaient commencé la soirée chez eux avec une bouteille de Vodka Red Bull, potion diabolique selon le juge — « ça rend les gens fous, ça devrait être interdit »  qui note que la moitié des affaires de violences en état alcoolisé aurait lieu après la consommation de ce breuvage. Pourtant, le taux d’alcoolémie dans le sang des deux excités était faible selon les analyses, mais ceci ne donne effectivement pas d'indice sur l'effet que cela fait sur la personne, comme le remarque un avocat de la défense.

Les jeunes sortent ensuite en ville, direction les quais, où ils vont dans un bar et commencent une dispute – raison pour laquelle ces deux étaient particulièrement sous tension au moment de l'interpellation. « Mais ce n'est pas parce que vous avez passé une mauvaise soirée que vous devez vous en prendre à la police ! » les réprimande le juge.

 

"Inadmissible !" - Le juge frappe fort 

 

« L'alcool ne justifie rien, ce n'est pas le métier des policiers que de se faire insulter et frapper ! » clame le procureur. « Leur comportement est parfaitement inadmissible ! » On se demande quand-même où ces deux jeunes chétifs ont trouvé la force de s'opposer à 7 agents, car, comme le remarque l'avocate des policiers, « ces deux petits bonhommes » ne collent pas vraiment à l'histoire. Le Wodka Red Bull les aurait « désinhibés », « ils ont pété les plombs » plaide la défense. Les deux garçons de 21 et 19 ans sont très « honteux » de devoir se présenter devant le juge pour ces faits.

Le juge ne fera pas plus dans la dentelle que ces messieurs. Il les condamne à 6 mois de prison avec sursis avec obligation de travail d'intérêt général à raison de 210 heures en 18 mois, l'obligation de verser 1 200€ à trois policiers, se soigner de l'alcool et de travailler de manière régulière. S'ajoute à cela pour l'un une indemnité de 600 € à payer à trois agents, pour l'autre, le règlement de 200€ à un agent. Les frais de justice de 600 € qu'ont engagés les policiers sont également à leur charge.

Delphine Nölke

MÂCON : Deux jeunes lui foncent dessus en scooter et reviennent lui casser la figure. Il s'en remet au procureur…

AGRESSION MACON - 2.jpg
Le récit de cette agression a été fait à partir du témoignage de la victime, qui a pris contact avec macon-infos.

CRÊCHES-SUR-SAÔNE : Un blessé dans une collision entre une moto et une voiture rue du stade

ACC CRECHES STADE.jpg
Actualisé : On en sait plus sur les circonstances précises de cet accident.

MÂCON : Deux dealers attrapés au début du confinement

Se faire contrôler en plein confinement sans pouvoir justifier d’une sortie pour motif impérieux, en possession de produits stupéfiants… c’est ce qu’on peut appeler la double peine… et c’est ce qui est arrivé à deux jeunes de La Chapelle-de-Guinchay au mois de mars.

BERZÉ-LA-VILLE - SOLOGNY : 4 blessés dont 2 graves dans une violente collision sur la RD 17

ACCIDENT BERZE LA VILLE 07062020 ACC4 - 1.jpg
L'accident s'est produit ce matin vers 8h30. Une des victimes a été transportée par hélicoptère à l'hôpital de Lyon. Son état était jugé très sérieux à la suite de sa désincarcération. ACTUALISÉ : Le jeune homme transporté à Lyon est décédé des suites de ses blessures en arrivant à l'hôpital (info gendarmerie).

TRIBUNAL DE MÂCON - Crêches-sur-Saône : En l'absence de la drogue, la transaction tourne mal...

VOL VIOLENCE CRECHES - 1.jpg
Il est des choses qu'il vaut mieux ne pas toucher. F... en a fait l'amère expérience cette fin d'après-midi du 12 mai sur un parking de Crêches-sur-Saône.

RCEA-RN79 : À 160km/h entre Cluny et Mâcon

CONTROLES GENDARMES RCEA CHARNAY 3005 - 12.jpg
Le gendarmes de l'escadron départemental de sécurité routière étaient postés sur la RCEA ce samedi après-midi, dans le sens Cluny-Mâcon, pour des contrôles de vitesse. Bilan de deux heures d'opération.

MÂCON : Un conteneur incendié dans la nuit de vendredi à samedi

FEU CONTENEURS PROVENCE MACON - 2.jpg
Actualisé ce lundi : La police a ouvert une enquête.

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.