Articles

Damas (2).JPG

La MJC de l'Héritan a accueilli, ce lundi, le journaliste indépendant, Belge, François Janne d'Othée dans le cadre de Planète Voyage, venu présenter son livre de chroniques « Jours tranquilles à Damas ».

 

C'est sous une forme particulière que Planète Voyage a débuté l'année avec non pas la projection d'un film mais la présentation d'une situation dans un pays donné : la Syrie, à travers l'ouvrage d'un journaliste qui a séjourné plusieurs fois dans ce pays.

Cette présentation a été accompagnée de 26 diapositives prises par le journaliste en rapport avec le livre et suivie d'un débat avec le public.

 

« Jours tranquilles à Damas » est sorti en juin 2018. François Janne d'Othée a repris tous les articles qu'il avait publiés dans divers magazines, en Belgique pour «Le Vif L'Express », en France pour le « Journal du dimanche », et en a fait des chroniques. C'est aussi un ouvrage fondé sur des souvenirs et des rencontres.

 

En première partie, le journaliste a d'emblée expliqué au public les raisons du livre, la situation géopolitique de la Syrie, comment il a perçu les 8 années de conflit entre 2011 et 2019. Dans une seconde partie, il a montré 26 photos prises là-bas, les a commentées avant de laisser la place à un échange avec les spectateurs.

 

« En fait, j'avais une belle matière et je voulais donner une seconde vie aux articles en les regroupant dans un livre, a précisé l'auteur. Et puis, il y a eu un élément déclencheur, qui était la libération de la ville d'Alep, la paix est revenue en fin 2016, je me suis dit qu'il y avait un décalage complet entre la perception du terrain et la réalité. La tour Eiffel était éteinte au moment où le régime a repris Alep alors que les Syriens étaient contents d'avoir retrouver la paix. D'abord, il faut arrêter la guerre, la démocratie viendra après. J'avais l'impression qu'ici les gens n'étaient pas contents que la paix revienne ! »

 

Le titre du livre fait partie d'une collection. En général, c'est jours tranquilles dans une ville qui n'est pas tranquille. Pour l'auteur, c'est aussi une façon de dire qu'en Syrie on peut aussi passer des jours tranquilles, tout n'est pas à feu et à sang. Les cafés, les restaurants sont ouverts. On peut visiter des choses. La vie est présente. Le pays est tellement sécurisé que finalement, on y voyage en paix.

 

Voilà le message principal de son ouvrage.

 

Photo: François Janne d'Othée

 

M.A.

 

 

Damas (3).JPG

Damas (4).JPG

Damas (5).JPG

Catherine Dumonteil présente l'invité

Damas (6).JPG

Damas (7).JPG

Damas (8).JPG

Damas (1).JPG