vendredi 26 avril 2019

    LAB71 EFFERVESCIENCES AVRIL.gif       100€ OFFERTS PNEU FEUVERT MACON6.jpg

Articles

RIC.jpg

Mercredi soir à St Martin-Belle-Roche, les gilets jaunes ont convié la population à une réunion d'informations sur le Référendum d'Initiative Citoyen.

 

Le public est venu nombreux et la salle des sports de la commune s'est très vite remplie, à la grande satisfaction des organisateurs.

 

En guise d'introduction, Michel, l'un des gilets jaunes, a lu un texte de Thomas Sankara, Président du Burkina, assassiné en octobre 1987, qui résume assez bien l'esprit des gilets jaunes. Puis, l'équipe organisatrice a présenté une première vidéo de Vincent Lapierre, vidéaste sur le web, pour expliquer le R.I.C, suivi de la lecture d'un texte explicatif, entrecoupée d'un temps d'échanges avec le public avant la projection d'une seconde vidéo sur le fonctionnement d'une vraie démocratie.

 

Le R.I.C est une demande nationale des gilets jaunes. C'est une forme de référendum qui n'existe pas dans la constitution mais que beaucoup de citoyens souhaiteraient voir intégrer à celle-ci.

 

De quoi s'agit-il exactement ?

 

Le principe du Référendum d'Initiative Citoyen consiste à permettre à un groupe de citoyen(ne)s de créer une pétition sur un sujet sur lequel il souhaite faire voter l'ensemble de la population nationale. Si le seuil atteint un nombre minimum de signatures, l'exécutif est obligé de convoquer un référendum. Il est alors tenu par l'issue du vote et ne dispose pas de pouvoir discrétionnaire pour passer outre le résultat.

Ces derniers jours, le R.I.C a rapidement été étendu en RICACLR, ce qui signifie Référendum d'Initiative Citoyen Abrogatoire, Constituant, Législatif et Révocatoire. L'idée est d'étendre au maximum le pouvoir d'intervention citoyen, offrant l'opportunité de réclamer une nouvelle loi ou d'exiger la suppression d'un texte, de modifier la constitution ainsi que de contraindre un(e) élu(e) au départ. Il serait même possible d'aller plus loin et de donner la possibilité de s'exprimer sur les traités internationaux.

 

De nombreuses questions ont été soulevées par les participants dans la salle. En voici les principales : Comment appliquer le R.I.C concrètement ? Faut-il réécrire la constitution ? Faut-il sortir de l'union européenne ? Comment faire face au monde de la finance ?

Des solutions ont également été suggérées par certaines personnes comme envisager la création d'une association, mettre en place une plate-forme de transports, monter des marchés solidaires, payer en liquide pour aider les petits commerçants...

 

Un renouveau du rapport des citoyens à la politique ?

 

Aujourd'hui en France, les raisons d'invoquer un référendum sont limitées par la Constitution et restent à l'initiative des élus. D'où la nécessité d'un changement structurel profond vers davantage de démocratie participative. Les appels répétés à mettre en place un R.I.C montrent l'envie de la population de se saisir de la politique. L'un des risques de ces référendums reste qu'ils peuvent être utilisés dans des situations où l'opinion publique est facilement manipulable (comme c'est la cas pour des événements fortement émotifs). Les limites de l'outil doivent donc être pensées avec précaution.

Le grand enjeu de ce Référendum d'Initiative Citoyen Abrogatoire, Constituant, Législatif et Révocatoire est de replacer les citoyen(e)s au cœur de la cité, repolitiser les cœurs et surtout placer le peuple face à ses propres responsabilités et conséquences de ses décisions.

 

Restent deux questions : les autorités vont-elles arriver à étouffer cette volonté d'instaurer un R.I.C en France ? Le peuple est-il prêt pour une démocratie participative et active ?

M.A.

 

 

RIC (7).JPG

Les organisteurs : Isabelle, Stéphanie, Wilfried, Michel & Daniel

RIC (2).JPG

RIC (3).JPG

RIC (1).JPG

RIC (5).JPG

RIC (6).JPG

RIC (4).JPG