mercredi 17 juillet 2019
  • ETE FRAPPE MACON 2019 16JUILLE - 1.jpg
  • MARCHE CREPUSCULE VIGNERONS TERRES SECRETES 2019 - 2.jpg
  • WINE TOUR MACON 2019 UNE.jpg
  • locaux commerciaux MACON HABITAT.jpg

Articles

Untitled Laurent Bonneau.jpg

Laurent Bonneau a animé un atelier autour de l’univers de la BD. En face de lui, une dizaine d’adolescents, tous grands lecteurs de bande dessinée et même auteurs pour certains, mais qui n'étaient pas forcément familiers du travail ce cet auteur confirmé de la nouvelle génération de la BD française.

Laurent Bonneau atelier BD Mâcon (14).JPG

C’est une manière appropriée d’aborder la richesse de cet objet culturel, de voir les techniques et de montrer des exemples. Egalement de voir les possibilités de narration en parlant de mon expérience, et d’inviter les participants à créer une planche de bande dessinée sur place. Car pour réussir dans ce domaine, il faut lire beaucoup et faire soi-même.

Plus tard dans la soirée, lors d'une rencontre avec le public, Laurent Bonneau a parlé de son travail (qui ne se limite pas à la BD, mais aborde aussi le cinéma de court-métrage), ainsi que des coulisses de l'industrie de la bande dessinée.

Il a sorti deux albums cette année : un sur Bruxelles (photo et dessins), qui a été pré-sélectionné pour le Prix Club de la Presse au rendez-vous du Carnet de voyage à Clermont Ferrand, et un autre "On sème la folie" (BD), chez Bamboo édition (Charnay). Toujours en 2018, il a reçu cette année le prix Tournesol au festival d’Angoulême (prix de la BD écologique) pour l'album "Et il foula la terre avec légèreté".

rencontre public laurent Bonneau (3).JPG

L’album On sème la folie a été réalisé autour des faits réels passés lors d’un weekend avec des amis à moi. J’ai beaucoup filmé lors de ces retrouvailles. J’ai opéré comme un documentariste et pris beaucoup de sons pour avoir une base très dense de documentation dans laquelle j’ai pu piocher pour m’approcher le plus de ce qui dégagent les personnages dans leurs paroles et gestes.

rencontre public laurent Bonneau (5).JPG

L’album Nouvelles graphiques d’Afrique est né à la suite de plusieurs voyages pour des différentes raisons. Plusieurs années après je me suis dit que j’avais accumulé pas mal de dessins, films et souvenirs et que je pourrais faire quelque chose avec elles. A travers des courtes histoires, parfois muettes, j’ai voulu raconter, transmettre les sensations que j’ai pu avoir sur l’Afrique d’aujourd’hui. Dans ma démarche il n’y a pas la dimension politique claire, mais, dès qu’on parle de l’Afrique, inévitablement on parle de migration, corruption, guerre. Je voulais juste parler de l’humain et du temps dilaté, suspendu, tellement différent par rapport à la notion du temps qu’on peut avoir nous en France.

rencontre public laurent Bonneau (7).JPG

Et il foula la terre avec légèreté est un album de fiction fait à partir d’un scénario de Mathilde Ramadier qui est connue pour son travail sur le philosophe norvégien Arne Naess et son concept d’écologie profonde. Pour cet album je me suis rendu en Norvège pour me documenter sur les paysages, la culture de ce pays. C’est une BD à la fois sur la Norvège et sur les idées de ce philosophe qui parlent de la mise en pratique dans la vie de tous les jours des principes de l’écologie.

rencontre public laurent Bonneau (6).JPG

Bruxelles est un album sorti avec ma compagne Marie Demunter qui est photographe et qui est Bruxelloise. On allie la photographie et le dessin fait sur place, non retouché pour un voyage sensoriel sur 250 pages dans la ville. C’est aussi agrémenté de témoignages de divers Bruxellois dont on est allés à la rencontre dans la rue. Les musées de Lyon qui fusionnent m’ont demandé de faire un album similaire sur la ville qui sortira en automne 2019.

rencontre public laurent Bonneau (10).JPG

Une BD aborde à la fois le dessin, la technique de découpage, de narration, les outils graphiques. C’est tellement riche comme médium. Il y a des BD reportage, BD intimistes. Ca n’a jamais été aussi riche que de nos jours. Ca parle de plus en plus aux jeunes et aux adultes. Et c’est pour cela qu’il est bien de comprendre ce qu’il y a autour, de voir les origines, les techniques. Nous sommes baignés dans l’image. Les jeunes ne font même plus la différence entre le livre et le numérique. Car la BD est apparue au moment où on a pu la reproduire en l’imprimant. (...) Les auteurs de BD gagnent moins de nos jours, mais c’est normal. C’est comme dans le cinéma, la littérature. Plus on est nombreux, plus il y a des choses et moins ça reste. C’est un équilibre. On gagne nettement moins que les auteurs il y a 20 ans, mais on peut tout faire, il y a une vraie ouverture envers la créativité des auteurs.  Et les lecteurs peuvent tout trouver dans les librairies et les médiathèques. C’est difficile aujourd’hui de dire je n’aime pas la BD, tellement il y a des styles et sujets différents.

rencontre public laurent Bonneau (8).JPG

Le manga (BD japonaise) a aidé au succès de la BD aujourd’hui. Puis, la BD a beaucoup évolué elle-même. Il y a plein d’albums pour les adultes, des albums d’auteur, des albums de BD reportages…Ce qui a permis de toucher un public qui ne lisait pas des BD avant. Il y a aussi les politiques éditoriales qui ont changé. Les éditeurs veulent remplir les librairies et pensent en termes de quantité. Donc il fallait avoir plus d’auteurs. Les écoles d’art sont aujourd’hui accessibles et l’image de la BD a évolué au sein de ces milieux. Il y a 20 ans la BD était mal vue, tandis qu’aujourd’hui c’est encouragé de faire de la BD d’auteur. Il y a un engouement de la part du public, des artistes, des libraires, de la critique. L’art de la BD est reconnu comme un vrai art, on l’a mis dans les musées. Il y a de moins en moins de séries de BD, on privilégie les BD livres objets, en terme de papier, de couverture. Sans pour autant que la BD classique disparaisse. Au contraire.

Laurent Bonneau travaille sur un nouvel album BD qui sortira en mars prochain chez Bamboo édition. Les brulures est un mélange de polar et histoire intime d’amour réalisé avec le scénariste Zidrou (co-créateur du fameux personnage l’élève Ducobu).

Cristian Todea

 

 

Laurent Bonneau atelier BD Mâcon (2).JPG

Laurent Bonneau atelier BD Mâcon (8).JPG

Laurent Bonneau atelier BD Mâcon (24).JPG

Laurent Bonneau atelier BD Mâcon (32).JPG

Laurent Bonneau atelier BD Mâcon (35).JPG

Laurent Bonneau atelier BD Mâcon (36).JPG

Laurent Bonneau atelier BD Mâcon (45).JPG

Laurent Bonneau atelier BD Mâcon (37).JPG

Laurent Bonneau atelier BD Mâcon (43).JPG

Laurent Bonneau atelier BD Mâcon (28).JPG

Laurent Bonneau atelier BD Mâcon (29).JPG

Laurent Bonneau atelier BD Mâcon (49).JPG

rencontre public laurent Bonneau (4).JPG

rencontre public laurent Bonneau (11).JPG

rencontre public laurent Bonneau (13).JPG

rencontre public laurent Bonneau (12).JPG

rencontre public laurent Bonneau (14).JPG

rencontre public laurent Bonneau (1).JPG