dimanche 18 août 2019

  MONDIAL QUAD 2019 PDV - 1.jpg      LOCAUX COMMERCIAUX MACON HABITAT 2019.jpg

  • ROUTE71 CD71 2019 - 1.jpg
  • ETE FRAPPE MACON 2019 16JUILLE - 1.jpg
  • WINE TOUR MACON 2019 UNE.jpg
  • locaux commerciaux MACON HABITAT.jpg

Articles

veillée jerome Laronze 20 septembre 2018.jpg

Jeudi soir s'est déroulée une nouvelle veillée organisée par le collectif « Justice et vérité pour Jérôme Laronze », l'agriculteur en cavale, tué par les gendarmes en mai 2017.

 

veille Jerome Laronze septembre 2018 Mâcon (2).jpg

Christian Celdran, président de la Ligue des Droits de l’Homme de Chalon sur Saône et porte-parole du collectif, a rappelé les évènements qui étaient à l’origine de la réunion : « Le 20 mai 2017, un agriculteur, Jérôme Laronze, a été abattu par les gendarmes au bout de 9 jours de cavale. Il a été abattu dans des conditions qui doivent être clarifiées. Comme cela a suscité une émotion légitime et très importante, il y a eu, au bout d’un mois, une soirée en sa mémoire. Les gens ont décidé, ensuite, de se réunir tous les mois. Nous avons monté une association « Justice et vérité pour Jérôme Laronze », pour structurer notre travail qui est un travail de solidarité et de soutien à la famille. Notre association est indépendante de toutes religions, partis politiques, syndicats. Nous comptons 340 adhérents. »

 

Marie-Pierre Laronze a donné les dernières nouvelles : « Aujourd’hui, le dossier de Jérôme est toujours entre les mains de juges d’instruction à Chalon-sur-Saône. Mais, je pense que des rebondissements devraient bientôt arriver, on les attend. Il faut savoir que, dans ce dossier, on a commencé à avoir des informations que l’on avait du mal à avoir au début. Notamment sur ce qui s’est passé au moment du tir et les conditions de celui-ci, dont on a beaucoup parlé, et sur lesquelles, à ce jour, notre position est assez arrêtée : pas d’impacts sur la face du véhicule de Jérôme, tous les tirs des gendarmes sont des tirs latéraux et à l’arrière du véhicule, donc, je trouve qu'il n'y a pas de situation de légitime défense de la part des militaires. »

 

veille Jerome Laronze septembre 2018 Mâcon (7).jpg

La sœur du défunt a aussi expliqué que d’autres choses plus graves ont suivi : « On s’est rendu compte qu’on lui a tiré dessus à 16 heures 30. Les premiers soins, il les a reçus une demi-heure après. Pendant cette demi-heure, quatre gendarmes étaient sur place. Ils sont formés pour apporter les premiers soins. Or, aucun soin n’a été apporté à Jérôme. Nous avons engagé une procédure pour non-assistance à une personne en danger à l’encontre des quatre gendarmes qui étaient sur place. Jérôme, on lui a tiré dessus, il se vidait de son sang dans sa voiture et personne ne l’en a extrait, n’a fait un point de compression au niveau de l’artère fémoral. Il avait reçu une balle dans le genou, il était inondé de sang, personne n’a rien fait. »

 

Marie-Pierre Laronze a parlé ensuite d’un autre détail troublant du dossier : « Il y a eu 6 tirs et l'on n’a retrouvé que 2 douilles. Il manque 4 étuis. Les étuis en balistique sont déterminants pour fixer des emplacements de tirs. 4 étuis ont disparu et personne ne s’interroge de leur disparition. Nous avons saisi le procureur de Mâcon au sujet de ces difficultés, qui a transmis le dossier au Procureur de Chalon. »

 

L’histoire tragique du fermier de Trivy a inspiré Guillaume Cayet, metteur en scène et acteur, qui a écrit une pièce « 9 mouvements pour une cavale » correspondant aux 9 jours de cavale de l’agriculteur. Il a écrit ce texte en lien étroit avec Marie-Pierre Laronze, la sœur de Jérôme. « C’est un monologue qui s’inspire du mythe d’Antigone » a expliqué Guillaume, en recherche de financement pour son projet.

 

veille Jerome Laronze septembre 2018 Mâcon (1).jpg

Le cinéaste Thierry Machard travaille, lui, à un documentaire sur le même sujet : « J’arrive avec des nouvelles : nous avons le soutien de la Région Bretagne. On a obtenu une aide à l’écriture. Ce qui va nous permettre de travailler plus confortablement. On a prévu de revenir du 17 au 24 Octobre et pour deux autres sessions de tournage. Pour avoir une construction assez objective que possible du film, j’essaye de faire intervenir la préfecture et les organes d’état. C’est une bataille qui est loin d’être gagnée. Mais le film se fera, c’est une certitude. »

 

 

« Il y a des gens qui nous sollicitent pour des travaux de création, d’écriture. Je suis touchée, contente et heureuse de voir que le combat de Jérôme se prolonge et touche surtout les artistes. Son texte va être publié, c’est la volonté de la famille. Aujourd’hui on est en contact avec des éditeurs. Toutes ces démarches sont un énorme soutien pour nous et nous donnent l'énergie pour continuer à avancer dans cette procédure pénale » a terminé la sœur de Jérôme Laronze.

Dans ce dossier complexe, l’avocat de la famille de la victime sera bientôt aidé par un avocat parisien. Pour pouvoir les payer, une levée de fonds sera lancée par le collectif de soutien. Des accessoires (badges, sacs et t-shirts) seront également en vente sur les différentes manifestations afin de récolter des fonds pour mener des projets du collectif.

Le 20 octobre prochain aura lieu la première assemblée générale à l’amphithéâtre Henri Guillemin de 18 à 20 heures.

Pour tout renseignements :

comité-jerome-laronze@risseup.net

https://www.facebook.com/jJusticepourJerome/

Nathalie Brunet

 

 

veille Jerome Laronze septembre 2018 Mâcon (5).jpg

veille Jerome Laronze septembre 2018 Mâcon (6).jpg

veille Jerome Laronze septembre 2018 Mâcon (4).jpg

veille Jerome Laronze septembre 2018 Mâcon (3).jpg