Articles

POLE METROPOLITAIN LYON2 - 1.jpg

Des questions subsistent mais l’élan est donné.

Soumise au débat ce jeudi soir en conseil communautaire, la demande d’adhésion a suscité des questions dans l’opposition sur les statuts du Pôle et le montant de l’adhésion. Dominique Jobart a parlé d’un « déni démocratique » : « le rapport n’a jamais été discuté, nous n’avons aucune précision. Je n’ai pas d’a priori sur l’intérêt de cette adhésion, mais le dossier est suffisamment important pour faire l’objet d’un travail en commission. »

« Que va-t-on faire là bas ? » a soutenu Patrick Monin. 

A ces interpellations, le président Courtois a rappelé l’intérêt d’une telle adhésion, bien que la cotisation soit élevée a-t-il concédé. Il évoquait 110 000 à 120 000 euros par an. « La communauté d’agglomération de Villefranche Beaujolais Saône paie 119 000€. On peut penser que notre cotisation soit équivalente. Et, comme vous, je me suis posé la question, car c’est une somme conséquente. Néanmoins, c’est une chance historique pour notre agglomération. Il ne s’agit pas d’adhérer à la Métropole lyonnaise, je le précise, mais bien au Pôle métropolitain lyonnais, ce qui n’est évidemment pas la même chose. » 

Et d’argumenter sur l’intérêt d’être dedans plutôt que dehors : « Un exemple, la gare SNCF. La MBA seule ne fait pas le poids face à la SNCF. Avec l’adhésion au Pôle, le rapport de force est radicalement changé. La preuve, Villefranche a pu faire sa gare comme elle l’a voulu. Plus largement, pour le transport ferroviaire entre Lyon et Mâcon, nous pourrions obtenir un TER avec fréquence plus importante.

Autre intérêt, un pavillon dans la future cité internationale de la gastronomie. Seul, nous n’aurons rien car le coût en serait trop important. A plusieurs dans le Pôle, nous pourrons faire quelque chose. Pour attirer des masters universitaires et des médecins, c’est la même chose. Ce qui ne veut pas dire que je souhaite sortir de la région Bourgogne-Franche-Comté. Mais la Région permet justement aux villes limitrophes de grandes agglomérations comme le sont Sens et Mâcon de bénéficier de la puissance économique de ces agglomérations.

Donc oui, la cotisation est élevée, mais la chance est historique. Il s’agit ce soir de donner un accord de principe à cette demande d’adhésion, pour éviter de louper cette opportunité. »

 

La délibération a été adoptée moins cinq refus de vote.

Rodolphe Bretin 

 

Le Pôle métropolitain lyonnais a été créé par arrêté préfectoral le 16 avril 2012.

A ce jour, il est composé de 6 EPCI comptabilisant près de 1,98 millions d’habitants.

Le Pôle métropolitain constitue une instance souple de coopération sur diverses thématiques qui se traduisent par l’approbation d’une feuille de route pluriannuelle définissant des actions d’études ou des actions opérationnelles.

 

 

 POLE METROPOLITAIN LYON2222 - 1.jpg

POLE METROPOLITAIN LYON22 - 1.jpg

POLE METROPOLITAIN LYON - 1.jpg