mercredi 26 juin 2019

Articles

CJD PLENIERE OUVERTE (1).JPG

Dans le cadre d’une conférence plénière ouverte, la section Mâconnais Val de Saône du Centre des Jeunes Dirigeants (Cjd) a accueilli près de 100 décideurs ce mardi soir au château des Broyers.

 

Une occasion pour macon-infos de revenir sur l’essence du Cjd très en lien avec la paix économique, thème développé par le conférencier Dominique Steiler, Professeur à l’École de Management de Grenoble.

Le Cjd, c’est quoi ?

Il s’agit d’un mouvement patronal qui privilégie une approche systémique de l’individu.

Il est né en 1938 afin de mettre l’économie au service de l’Homme et non l’inverse. Il est fondé autour de quatre valeurs : responsabilité – solidarité – loyauté – respect de la dignité humaine.

Il réunit des dirigeants (entrepreneurs ou salariés) qui ont la volonté de progresser dans leurs fonctions managériales pour faire progresser leur entreprise et le bien-être de leurs collaborateurs.

Le Cjd repose sur cinq piliers : réfléchir – se former – expérimenter – s’engager – développer.

La section du Mâconnais Val de Saône est l’une des six que compte la grande région Bourgogne Franche-Comté. Elle est présidée par Amélie Patay, Directrice de la Boutique de gestion (BGE) notamment pour l’Ain et la Saône-et-Loire, qui est secondée par Mathieu Graziano (société Aquatec – Vonnas). Elle comprend 26 membres avec parité stricte entre les genres.

Ses membres se réunissent deux fois par mois : une fois en commission et une fois en réunion plénière. La soirée au château des Broyers avait pour but d’ouvrir la réflexion « Cjd » à l’ensemble des entrepreneurs du bassin de vie.

Vous avez dit paix économique ?

Dominique Steiler est intervenu sur ce thème. Selon lui, « si on continue sur un système économique hyper-compétitif, on va droit dans le mur. Il faut trouver d’autres solutions. Ce système néfaste repose notamment sur de l’agressivité. Il est également trop focalisé sur le résultat et non la dignité humaine. Il valorise trop l’individu au détriment du collectif et du lien social. Enfin, il confond buts et moyens. Le profit d’une entreprise n’est pas son but mais le moyen qu’elle a pour contribuer au bien commun. »

Le conférencier souhaite provoquer une prise de conscience « afin de trouver collectivement des solutions adaptées à la culture de chaque entreprise ».

Éric Bernet

Photo d’accueil : La Présidente de section Amélie Patay entourée du conférencier Dominique Steiner (à gauche) et de de Dominique Charmol, Président régional du Cjd.

 

CJD PLENIERE OUVERTE (4).JPG