Articles

operation-tranquilite-senior-charnay - 2.jpg

Le commandant de police Sophie Hartmann est intervenu mardi après-midi à la résidence séniors « Au Fil du Temps » dans le cadre de l'Opération tranquillité séniors afin de sensibiliser cette population vieillissante aux risques liés à la délinquance et à la sécurité routière.

 

Cette opération mise en place par le gouvernement en 2010 vise à limiter l’accidentologie et l’accès des délinquants aux personne âgées.

Le commandant a tenu à rappeler quelques chiffres : en 2016, 886 personnes de plus de 65 ans sont décédées dans un accident de la circulation, dont 289 piétons - soit 1/3.

Dans le département de Saône-et-Loire en 2016, 43 personnes sont mortes sur la route dont 13 personnes de plus de 65 ans.

 

Le problème constaté est celui de la baisse de vigilance, de vue, du champ de vision et de l’ouïe du côté des seniors et sur l'autre côté un accroissement de la circulation avec de nouveaux types de conducteurs (conduite accompagnée, auto-école, jeune conducteur), des personnes souvent pressées, une baisse de vigilance dû à l’habitude des trajets, des cyclistes qui roulent souvent sur les trottoirs, et des véhicules électriques qui sont très silencieux.

 

Il est donc conseillé aux seniors de faire appel à tous leurs sens, d’où la nécessité de faire contrôler régulièrement la vue et l'audition. « N'hésitez pas à vous tourner pour bien regarder, et lorsque vous traversez, regardez bien à gauche, à droite, à gauche. Il faut faire très attention. Restez vigilants, en tant que piétons et conducteurs » a rappelé Sophie Hartmann.

 

Mais les seniors sont également souvent ciblés par les délinquants qui profitent de la population vieillissante, vulnérable, et souvent isolée.

« Pour prévenir le vol à la tire, cachez votre portefeuille dans une veste fermée et prenez toujours qu'un minimum d’argent sur vous » a conseillé le commandant. Aussi, elle appelle à faire plus d'usage de la carte bleue et de privilégier une petite pochette portée en bandoulière, car elle est moins visible.

Car, dans l’esprit des voleurs, les personnes âgées se promènent avec beaucoup de liquide et leurs bijoux.

 

Quant au vol à l’arraché, où le délinquant fait usage de violence, il ne faut pas rester accroché à son sac. « Vous risquez plus que les valeurs dans le sac, le voleur n'hésitera pas à vous trainer quand il est en scooter. D’où l’intérêt de ne pas avoir mis « toute sa vie » dans le sac » a précisé le commandant. 

 

 

D'autres bons gestes à adopter :

 

Au distributeur et chez les commerçants

  • ne retirez pas une somme énorme à chaque fois
  • mettez votre main devant lorsque vous composez votre code secret
  • privilégiez les retraits au distributeur lorsque les banques sont ouvertes
  • ne laissez pas le code secret avec la carte bleue 

 

Au téléphone et sur internet

  • ne donnez jamais votre code secret à personne, surtout pas au téléphone
  • ne cédez pas au démarchage téléphonique car vous payez plus cher qu'en magasin
  • ne racontez jamais votre vie, vous ne savez pas qui est au bout du fil ou qui est réellement votre interlocuteur sur internet 

 

Cambriolages

  • fermez toujours votre maison
  • fermez les volets ou mettez des barreaux aux fenêtres du rez-de-chaussée
  • limitez l’accès de l’extérieur à l’intérieur du logement
  • si vous êtes victime de cambriolage, appelez de suite la police et, surtout, n'allez pas plus loin pour ne pas « polluer » la scène de crime, car la police fera des recherches de traces et d'indices 

 

Vol par ruse

Lors du vol par ruse, une personne va utiliser une profession pour rentrer chez vous et vous faire parler en vous mettant en confiance.

  • avant d’ouvrir, demandez à la personne de se présenter, regardez au visiophone ou au judas, et mettez l’entrebâilleur de la porte
  • ne laissez jamais une personne que vous ne connaissez pas seule dans une pièce, ou aller visiter seule votre logement 

 

« Il faut être méfiant, curieux, tenir compte de ses faiblesses, mais surtout, continuer à vivre. Au moindre doute, n’hésitez pas à appeler la Police au 17 » a conclut Sophie Hartmann son intervention.

 

Nathalie Brunet