lundi 20 novembre 2017

Articles

Intercomm-tournusgois-maconnais.jpg

Jeudi, l'assemblée plénière de l’intercommunalité du Mâconnais-Tournugeois à Saint Albain a été marquée par des divergences sur les indémnités allouées au président et maire de Tournus, Claude Roche, et les sept vice-présidents.

Le maire Marc Dumont a accueilli 41 délégués pour débattre de l’orientation budgétaire. La fusion des deux communautés du Haut–Mâconnais et du Tournugeois il y a deux mois est un mariage forcé, il s'agit maintenant de mettre en commun les missions.

Un grand sujet a été le service des déchets avec l’achat d’un camion, dont le coût représente un budget de 1,9 million d’euros. La gestion de l’eau a également été un point essentiel. La prévention des inondations et la réalisation d'études par les syndicats spécifiques nécessitera des négociations, entre autres pour les zones économiques de Lacrost et de Fleurville-Viré.

 

Le débat s’est animé lors de l’attribution des subventions concernant la Route des Vins qui a entraîné un vote serré du fait « du manque de visibilité » de cette association rattachée à Mâcon. 107 405 euros étaient à répartir.

C’est par la suite que le vote des indemnités attribuées au président et maire de Tournus, Claude Roche, et aux sept vice-présidents a mis le feu aux poudres. Même si la nouvelle proposition diminue les indemnités des vice-présidents en jouant sur les charges sociales, la ligne budgétaire s’élève à près de 100 000 euros, ce qui a valu une « montée au filet » du maire de Clessé, Jean-Pierre Chervier, qui trouve « ces sommes injustes en période actuelle où on demande transparence et vertu ». Il s'est également s’étonné qu’on puisse « réclamer toujours plus aux bénévoles de nos villages ». Mais c’est le maire d’Ozenay, Jean-Claude Meunier, qui a envoyé la salve la plus violente en s’étonnant du cumul des indemnités et du manque de disponibilité du président-maire de Tournus alors que nombre d’élus se dévouent sans frais de déplacement.

 

Le vin d’honneur qui a clôturé cette session n’a pas suffi à détendre l’atmosphère. L'intercommunalité Mâconnais –Tournugeois aura du chemin à faire pour retrouver la sérénité requise pour être au service de plus de 20 communes.