FONDtr2

Articles

BIODIVERTSITE_MACON_20173.jpg

 

Acheter à petits prix ou troquer, voire donner, des plants, des greffons, des semences ; informer, participer, partager : c'est la philosophie de la fête de la biodiversité organisée par Attac 71 qui tenait dimanche sa treizième édition au boulodrome de Charnay-lès-Mâcon.

Au cours d'une rencontre-débat, trois intervenants sont venus porter témoignage de leur action en faveur des « alternatives aux pesticides », thème de la journée : un jeune paysan qui fait tourner sa petite exploitation en bio, une représentante du CMPS, Collectif mâconnais Pesticides et Santé qui regroupe des « parents, riverains, vignerons, salariés agricoles, professionnels de la santé, inquiets des effets des pesticides issus des traitements phytosanitaires sur notre santé et en particulier sur celle des enfants », et le maire de Saint-Bénigne, dans l'Ain, qui a appliqué dans sa commune l'objectif « zéro phyto » inscrit dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte.

Les visiteurs ont pu déambuler parmi une cinquantaine de stands dressés par des structures associatives, des particuliers, des jardiniers et des producteurs bio. On pouvait repérer les Jardins de Cocagne, Artisans du monde, M2V (Mâcon vélo en ville), l'Amap du Mâconnais, le Sel clunisois, associations fidèles à ce genre de manifestation, mais aussi des particuliers, comme Daniel, le jardinier rebelle, producteur bio depuis 1973, qui expliquait sa démarche : « J'ai entrepris à partir de 2003 de multiplier la plupart des espèces potagères dans le but de créer des souches adaptées à notre région et à notre climat. Je revendique la liberté de produire des semences de variétés qui sont dans le domaine public. »

Gros succès au stand « greffons », qui effectuait sur place des greffes de pruniers, pommiers, cerisiers. 80 greffons étaient proposés, dont certains issus d'espèces anciennes.

Plus loin, un stand insolite pour rêveurs : comment fabriquer des bombes… à fleurs ? Dans des boulettes de terre bien humidifiée, incorporer des graines, les placer aux endroits choisis ou les jeter çà et là sur le chemin de l'école ou du travail, puis laisser faire la nature… La méthode, simple et ludique, est tirée d'une pratique nippone ancestrale réintroduite par un microbiologiste philosophe et fermier japonais qui n'utilisait aucun produit chimique, désherbait très peu. Il pratiquait en somme une agriculture dite aujourd'hui durable.

Pour faire suite à cette fête de la biodiversité, le CMPS propose vendredi 24 mars à 20 h 30, à la salle des fêtes de Fleurville, une soirée débat : « Pesticides et santé - Risques et alternatives », en présence du professeur Broussolle, chef de service à l'hôpital neurologique de Lyon, du docteur Weirich, médecin du travail de la MSA 71, de Maria Pelletier, présidente de l'association Générations futures.

R. A.

BIODIVERTSITE_MACON_20171.jpg

BIODIVERTSITE_MACON_20179.jpg

BIODIVERTSITE_MACON_20178.jpg

BIODIVERTSITE_MACON_20177.jpg

BIODIVERTSITE_MACON_20176.jpg

BIODIVERTSITE_MACON_20175.jpg

BIODIVERTSITE_MACON_20174.jpg

BIODIVERTSITE_MACON_20172.jpg